Dans quelle mesure une structure qui œuvre pour le développement de l'aïkido traditionnel doit-elle être recvoir un financement ? En d'autres termes, l'argent et l'aïkido entretiennent quels rapports ?

Ici, il est facile de répondre par une citation de William Somerset Maugham : "L'argent est un sixième sens sans lequel on ne peut utiliser complètement les cinq autres."

Tout est dit.

D'autres préfèrent peut-être parler de l'indispensable "nerf de la guerre"?

Si ce n'est se poser naïvement la question suivante: "Maître Ueshiba a-t-il eu besoin de fonds pour développer son art?"

Finalement, tout est question d'équilibre.

Le yin-yang nous aide d'ailleurs en cette matière. Inspirons-nous quelque peu les paroles de Maître Peyrache lors d'un stage récent : "Le millionaire (à son apogée) peut devenir pauvre (déclin). Et l'indigent est un millionaire en puissance."

Transposons au dojo: Le dojo riche n'a jamais été aussi proche de se retrouver déficitaire (que d'histoires avec des pratiquants et autres membres de comités, bureaux, ..., dans les structures inspirées du modèle fédérale, qui se sont "tirés" avec une partie de la caisse, que ce soit en France ou en Belgique...). Le dojo qui débute sans le sous, tout lui est ouvert. Le champ des possibles est immense,...même si cela peut prendre du temps.

Lorsqu'un stage fonctionne très bien, l'organisateur doit d'ailleurs se poser la question de ce qui est à l'origine de son succès: l'organisation, les tatamis, le site (touristique), la plage, la montagne, la bonne ambiance, les thermes,... ou la qualité de l'enseignement du professeur qui a attiré la foule, et parfois des pratiquants venant de l'étranger.

S'il est intègre, cet organisateur se posera alors la question de voir dans quelle mesure il peut réinvestir cet argent dans le développement du dojo, de l'aïkido qu'on y pratique, ou en ristourner une partie au professeur (une "prime" en quelque sorte) qui en fera certainement bon usage.

En conclusion, le développement de l'aïkido est donc conditionné par un apport financier sain, équilibré et maîtrisé.